La vilaine maison

La rénovation de notre maison toute moche ou comment donner une âme à ce qui est désormais LA maison (et autres aventures désopilantes)

01 janvier 2010

J'ai l'impression d'avoir oublié un truc...

interrogateurAllez, une petite anecdote, rigoureusement authentique pour commencer cette année 2010 sous le signe de l'humour.

Les personnages : Monsieur, le Papa de Monsieur, notre Louloutte et votre dévouée narratrice
L'endroit : Laval, la place de la mairie, un 24 décembre vers 17 heures
L'ambiance : un brin glauque, il fait déjà noir, il pleut des cordes glacées

----------

En cet après-midi sombre et froid d'avant réveillon, nous décidâmes d'emmener la Louloutte au manège de chevaux de bois du centre ville et empruntâmes pour cela le moyen de transport le plus adéquat : notre carriole. Fort élégamment, je cédais la place de passager avant au Papa de Monsieur et m'installais à l'arrière auprès de ma Louloutte.

Nous trouvâmes bien opportunément une place de parking non loin du manège. Monsieur et son Papa quittèrent la voiture et firent sortir la Louloutte qui n'avait déjà plus d'yeux que pour les canassons qui brillaient au loin. Je profitais d'être à l'arrière pour faire un peu de ménage non sans maugréer un peu : « Purée, t'as vu le bordel que t'as foutu sur les sièges Lulu ? ». J'ouvris la porte, nantie de mes détritus que j'allais flanquer dans la poubelle la plus proche. [travelling arrière]. Je rectifie : je tentais d'ouvrir la porte, oubliant que pour des raisons de sécurité elle était condamnée de l'intérieur. Qu'à cela ne tienne, Monsieur allait bien me délivrer de l'habitacle surchauffé dans la seconde.

Eh ben non !

Je vis mes trois comparses se diriger tranquillement vers le manège sans qu'aucun d'eux ne semblât s'inquiéter de mon absence. Je me crus délivrée de ma geôle lorsque Monsieur revint avec un ticket de parcmètre.

Que nenni ! Il posât benoîtement son ticket sur le pare-brise sans jeter un coup d'oeil à l'arrière. Moi, un peu vicelarde, je m'abstins du moindre mouvement et du moindre bruit. Eh bien, me croirez-vous ? Monsieur repartit d'un pas léger vers le manège.

J'étais bel et bien enfermée et oubliée dans la carriole ! Pour me calmer les nerfs je décidais de m'en griller une sachant qu'il est rigoureusement interdit de fumer dans la voiture (on a les petites vengeances qu'on peut...). Impossible aussi ! Les vitres étant aussi scellées que les portes. A cet instant je regrettais amèrement les bonnes vieilles manivelles qui permettaient un truc tout bête : ouvrir une vitre quand on en a envie et éventuellement héler un passant pour lui faire part du triste sort qui nous est réservé.

Ce furent pourtant les dieux de la technologie qui vinrent à ma rescousse par le biais de mon portable. J'appelais donc Monsieur. Premier essai infructueux, tu penses, avec la musique du manège... Deuxième essai Monsieur décroche : « Ben t'es où ? », « Ben......... dans la voiture ! », « Qu'est-ce que tu fais dans la voiture ??? », « Tu m'y as ou-bli-ée !!!!!!!!!! ».

N'importe qui aurait fait la gueule pendant deux jours. Mais bon, l'esprit de Noël, le petit Jésus, la bûche, la dinde, toussa... je décidais de faire preuve de mansuétude et me contentais de ne pas desserrer les dents pendant une heure.

D'autant que dans ma grande bonté, j'arrivais à trouver deux/trois circonstances atténuantes à Monsieur : il a complètement oublié la sécurité enfant à l'arrière et l'impossibilité de s'extraire seul de la voiture ; les vitres arrières sont noires, il ne m'a donc pas vue ; j'avais annoncé mon intention de faire un brin de ménage dans la carriole, il a donc du penser que j'étais partie à la recherche d'une poubelle... (au fin fond des faubourgs lavallois sans doute).

----------

Sur ce je vous souhaite une excellente année 2010, et surtout, qu'elle vous donne beaucoup d'occasions de rire.

Posté par mariec62 à 10:59 - Un peu de tout et beaucoup de n'importe quoi - Commentaires [23] - Permalien [#]

21 décembre 2009

A la demande générale ...

Un post plein de photos de la cuisine ENFIN terminée.

  • En un peu plus grand que dans le post précédent, la disparition des carreaux jaunes, avantageusement remplacés par : a) des carreaux en verre transparent tout bête ; b) une planche recouverte de peinture à tableau

PICT0083

  • Aucun cliché "country" ne vous sera épargné, vous voilà prévenus, pas même le vichy rouge (dans la famille, Papa cloue et Maman coud, ce qui est bien commode).

PICT0081

la faune locale, affectueusement appelée "la poiscaille" semble se plaire dans son nouveau décor

  • Du neuf, du vieux, du bric, du brac, du broc, au gré des trouvailles dans les brocantes ou chez IKEA :

PICT0092

PICT0063

  • Déco maison, à partir de vieux magazines, fin 19ème pour l'affiche de gauche, années 50 pour celle de droite :

PICT0064

  • Détail.

PICT0137
Intéressantes les préoccupations de l'époque...

  • Ici, au mileu des réclames toutes plus kitsh les unes que les autres (c'est incroyable ! c'est Tergal !), on reconnait Simone qui pose pour Lux :

PICT0138

  • Autre vue : (pardon, je ne m'en lasse pas...)

PICT0066
Visez la collec de Haribo sur le rebord de la hotte

  • Pour mémoire et parce que ça me fait toujours plaisir de mesurer le chemin parcouru :

cuisine1

Je rêvais d'une cuisine des familles où Maman épluche les patates tandis que sa Louloutte fait des dessins sur la même table, ben voilà, cette pièce est au moins à la hauteur des mes espérances et peut-être les a-t-elle même dépassées.

Ce fut beaucoup de boulot, beaucoup de crasse et de poussières (et aussi une pincée de picaillons...) mais nous avons réussi à transformer cette affreuse cuisine en une pièce pleine de vie et de chaleur où on passe le plus clair de notre temps... quand nous ne sommes pas dans le séjour, lui aussi métamorphosé. Mais, las ! chaque chose en son temps, vous me connaissez et savez qu'en pro de la com, je distille mes infos au compte-gouttes.

A très bientôt. En attendant, passez de joyeuse fêtes, et surtout, abusez du foie gras, des chocolats et de la buche... on s'en fout, on fera WW après les fêtes.

Posté par mariec62 à 20:05 - Déco - Commentaires [27] - Permalien [#]

07 novembre 2009

Et les carreaux jaunes me direz-vous ?

Quoique vous êtes en droit de vous poser d'autres questions que celle-ci qui tombe carrément comme un toupet dans une marmite après ces mois de silence...

En deux mots, moi, ça va plutôt bien. C'est juste que j'ai un peu perdu le feu sacré pour ce qui concerne ce blog. Mais je vous prouve par ce post qu'il n'est pas tout à fait mort et que tel un vieux ménage, il connaît parfois un petit retour de flamme.

Un jour, sans doute avant 2011, je vous parlerai de la déco du séjour qui est bien bien avancée. Mais une chose à la fois, et je tiens à honorer dignement le trépas de mes carreaux jaunes par ce message.

Rappelez-vous de ces horreurs tout droit sorties du pire de l'esprit déco des années 70 :

portesjaunes


Nous avons simplement changé les vitres sur l'une des deux portes et avons gratifié l'autre d'un grand tableau noir :

PICT0076

C'est pas un peu plus chicos quand même ?

Allez si vous êtes bien sages (et trèèèèèès patients), dans un prochain message, je vous montre toute la déco de la cuisine, enfin ter-mi-née !

Posté par mariec62 à 18:11 - Déco - Commentaires [12] - Permalien [#]

07 août 2009

Carte postale

Ce petit mot pour vous dire que nous passons d'agréables vacances (at home).
Nous profitons du chaud soleil du Pas-de-Calais en nous baladant et en nous reposant beaucoup.
Comme cela fait du bien d'oublier les travaux quelques temps...
On vous embrasse affectueusement.

Bref tout cela pour dire que je suis toujours là que je vais bien mais que les travaux sont au point mort. Tout devrait reprendre à l'automne, le temps de s'assurer que la méga drache ne nous réservera pas de surprises tardives du genre fissures ou moisissures.

En attendant, je ne fais pas grand chose, je glandouille, je fais quelques brocs, je lis Closer dans mon transat (nan, même pas honte de savoir que Flavie Flament a pris 10 kg). Et comme une addiction chasse l'autre, aux premières heures de la nuit, on a plus de chances de me croiser ici que sur Canalblog.

A bientôt donc...

Posté par mariec62 à 08:50 - Commentaires [13] - Permalien [#]

03 juin 2009

Jour de tristesse

mimine

Elle s'appelait Izara. Ou Mimine pour les très intimes. Elle aurait eu 16 ans en juillet.

Aujourd'hui nous avons du nous résoudre à abréger ses souffrances. Nous n'avons sans doute précédé la mort que de quelques heures tant la décision fut difficile à prendre.

Bien sur il y a des choses plus graves, bien sur il y a des avions qui explosent en plein vol au dessus de l'Atlantique.

Mais ce soir rien ne peut nous rendre plus tristes que sa mort.

Parce que la vie est aussi faite de balles qu'on envoie à des petits chiens qui les rapportent en jappant.

Adieu ma belle.

Merci pour ton affection inconditionnelle, bruyante et sautillante pendant toutes ces années.

Merci.

Posté par mariec62 à 21:12 - Un peu de tout et beaucoup de n'importe quoi - Commentaires [20] - Permalien [#]

21 mai 2009

Les Ingalls et la grosse drache* (histoire d'eau)

C'est dimanche matin. Carrie barbote joyeusement dans son baquet, tentant d'en transvaser le contenu sur le sol de la salle de bain. Caroline tente de remettre un peu d'ordre à ses cheveux (un peu plus de noir sur ses yeux...**). Monsieur s'adonne pendant ce temps à de saines activités (il a enfourché son VTT et sillonne la campagne environnante).

Le chant mélodieux de Carrie (ah ça, c'est pas demain qu'elle fera la Nouvelle Star...) couvre un léger bruit rappelant vaguement la chasse d'eau qui fuit. Caroline le perçoit faiblement mais l'écarte bêtement de son champ de conscience, préférant s'occuper de ses ongles de pieds.

Enfin, après les nombreuses supplications et implorations de sa mère, Carrie sort de l'eau. Drapée de sa serviette et de sa dignité, armée d'une brosse en guise de micro, elle s'apprête à rejoindre sa chambre pour faire sa Yaël Naïm devant le miroir.

C'est alors que son cri retentit «Han, Mamaaaaaaan, y a plein d'eau dans le couloir». Nous sommes au premier étage, Caroline comprend vite que l'eau qui dégouline de l'ampoule du couloir comme d'un robinet ouvert ne peut provenir que du grenier. Sa lucidité lui revenant à toute berzingue, elle a déjà compris que toute cette flotte provient...

du ballon d'eau chaude !!!!!!!!!!!!

«Ohhhhh Seigneur, Oh bonté divine» se lamente-t-elle (note du traducteur : «oh put**n, c'est quoi c'bordel ??????????????».

Il lui faut absolument atteindre le compteur électrique et pour cela, passer sous l'ampoule, toujours allumée, qui ruisselle. N'écoutant que son courage, elle renvoie Carrie dans la salle de bain, épargnée par l'inondation, et descend l'escalier entre les gouttes chargées au 220.

Enfin ça y est, l'électricité est coupée. Reste l'eau. Caroline, peu au fait de ces basses considérations, se demande pendant quelques instants où peut bien se trouver le compteur magique qui mettra fin au déluge. Elle tente la cave, plongée dans le noir, et atteint enfin son but.

Plus d'eau, plus d'électricité. Bon dimanche à Walnut Grove.

Carrie, quant à elle, excitée par l'aventure, n'en finit plus de constater les dommages : «Mamaaaaaaan, y a plein d'eau sur les murs de ta chambre», «Han, y en a plein l'escalier !», et enfin : «Ah ça y est Maman, y a plus d'eau qui vient de l'ampoule».

eau1         eau2

Caroline s'arme de seaux et de serpillières pour ramasser les litres d'eaux qui se sont infiltrés partout (Esponge, Jacquouille, esponge...). L'eau provenant du grenier s'est échappé par les murs de sa chambre et par l'ampoule du couloir du haut. L'ampoule étant pile poil située au dessus de la rampe d'escalier, l'eau a aussi noyé toutes les marches et le couloir du bas.

Enfin, ça y est, l'eau a fini de couler et Caroline a fini d'ésponger. Pour le reste on verra demain. A chaque jour suffit sa peine. Tant va la cruche à l'eau qu'à la fin elle se casse. Merdalafin !

C'est ce moment que choisit Monsieur pour revenir de sa promenade bucolique. Et quand il lance : «T'as vu, c'est humide dans le couloir», elle croit bien qu'elle va l'occire.

Bilan à J+10 :

La chambre, déjà fort laide est devenue immonde. Le couloir du haut s'en tire avec des tâches sur le papier peint (celui avec des chats) et le couloir du bas avec quelques lattes de stratifié amochées.

Nous avons un ballon d'eau chaude tout beau, tout neuf. L'électricité ne semble curieusement pas avoir souffert du désastre puisqu'elle n'a jamais cessé de fonctionner. Pour les plafonds, il faut attendre plusieurs semaines et surveiller l'apparition d'éventuelles fissures, moisissures ou poches d'eau.

Ce type de dégâts est évidemment couvert par l'assurance qui nous a attribué une somme correspondant au coût de la réparation des pièces endommagées, soit une chambre et les couloirs du haut et du bas. Bref, tout ce que nous avions prévu de refaire bientôt...

* Mais si, rappelez-vous, c'était dans «Bienvenue chez les chtis». Drache = averse
** celui ou celle qui trouve la référence gagne toute mon estime

eau3

eau4

Posté par mariec62 à 13:58 - La Maison, le jardin - Commentaires [18] - Permalien [#]

25 avril 2009

Midnight Express

becassineAppelez-moi Bécassine.

Si, si, là vous en avez légitimement le droit. Attendez un peu que je vous narre la dernière en date.

Le contexte : pour aller au boulot et en revenir, Monsieur et moi faisons voiture commune. Exceptionnellement, Monsieur a des rendez-vous tardifs, mais pour ce type de situation, j’ai un plan B en béton : le train.

L'autre jour donc, j’avais prévu de prendre le TER de 17:36 qui devait normalement me déposer dans ma cambrousse à 17:46.

Avec un petit quart d’heure d’avance, j’arrive sur le quai et monte dans mon train pour une fois très à l’heure (mais vraiment très très à l’heure…).

Et là…

La porte se referme aussitôt et le sifflet annonçant le départ retentit.

- Curieux, me dis-je, ce train est décidément trèèèèès en avance, tandis que le monstre d’acier, tremblotant sur ses essieux, commence à s’ébranler vers sa destination en crachotant des nuées de vapeur blanche (ouais, je vous la fais à la Zola, mais il y a de quoi, attendez…).

Vaguement inquiète mais ne flairant pas encore le traquenard, j’interroge un passager à l’air avenant :

- C’est bien le train qui va à Boulogne ?

- Ah non, celui-ci va à Lille, me répond-il, déjà goguenard.

A ce stade, vous l’avez compris : je me suis gouré de train ! J’étais sur le bon quai mais juste un peu trop en avance…

Mais revenons à mes vaches qui regardent passer mon train.

A cet instant la honte s’étant emparée de tout mon être, je tentais de faire la nana qu’en a rin-à-fout’ et qui est au dessus de ce genre de contrariétés. Je ricanais tout bas des «p@tain !», «fais ch@er» et autres élégances.

Pour les autres passagers, je suis devenue à cet instant, la reine officielle des abruties, l’impératrice des ploucs, la babache en titre.

Attendez, restez là, c’est pas fini.

Pour limiter les dégâts et écourter mon périple, je décidais de descendre à la première gare.

J’arrivais dans un bled paumé et inconnu. Pas un tabac (pensez bien, j’étais à court de clopes en plus), pas un bistrot, pas une presse... juste un Shopi. Et arpenter les allées d’un Shopi pendant une heure, c’est long, trèèèèèèèès long.

Je finis enfin par trouver un train qui retournait à mon point de départ : Arras.

Sur le coup de 18:45, j’arrivais en gare d’Arras où Monsieur put enfin récupérer sa dinde sur le quai.

Je résume : j’ai donc quitté le boulot à 17 :00, pris un train à Arras à 17 :20, atterri près du Shopi de je ne sais où à 17 :30, repris un train à 18 :35 pour arriver en gare d’Arras à 18 :45.

Un plan B en béton armé je vous disais.... VDM.

Posté par mariec62 à 11:48 - Un peu de tout et beaucoup de n'importe quoi - Commentaires [21] - Permalien [#]

28 mars 2009

T’as déjà vu une taupe toi ?

Non , alors pour information, une taupe ça ressemble à ça :

taupeeurope

Rassurez-vous, ce blog n’est pas en train de basculer vers le site animalier dont l’emblème serait la taupe. D’ailleurs, vu l’effervescence qui règne ici, j’aurais plutôt choisi le loir ou l’aï (les non cruciverbistes, vous pouvez aller chercher le dico).

Bref, revenons à notre taupe :

taupeeurope

C'est un animal discret et bien sympathique qui vit sous les pelouses (personnellement, j'aime beaucoup les taupes... jusqu'au moment où elles se mettent en tête de voir le soleil et qu'à cette occasion elles font plein de petites montagnes sur la pelouse sur laquelle Monsieur vient de pleurer des larmes de sang pour en faire un green).

Regardez bien sa couleur qui hésite entre le gris anthracite et le marron très foncé. D’ailleurs le très sérieux pourpre.com, sorte de bible chromatique, définit la couleur taupe comme suit :

pourpre

Ce qui en TSL donne exactement ceci :

taupe

et précisement ceci en RGB :

taupe_rgb

Alors, peut-on m’expliquer pourquoi, ces derniers temps, toutes les couleurs comprises entre gris clair et marron sont définies comme du «taupe» ????????????????????

degrade
Tiens, en voilà du taupe

Ah ça m’énerve ! Où sont donc passés les beige, grège, mastic, chamois, sable, caramel, sienne, et caetera et caetera ? Notre gamme chromatique se réduirait-elle au fur et à mesure que notre vocabulaire s’appauvrit ?

Autant vous dire que le mot taupe, accommodé à toutes les sauces, me sort par les yeux.

Chez nous, les couleurs élues sont celles-ci :

couleurs

La plus claire côté séjour et la plus foncée côté salon. Ce sera donc beige, café au lait, chamois (ouais, chameau, si tu veux), sable, bis, bistre, tout ce que vous voulez. Mais, please, pas taupe !!!

Pas de soubassement, pas de lés de papier collés ça et là, pas de stickers, pas de lustre baroque, pas de rideaux de fils…

Totalement libérée de l’esprit D&co la nana...

Rien à voir :
Pour celles et ceux qui ne connaissent pas encore ce site et qui adorent regarder chez les autres par le trou de la serrure, je vous conseille casanaute.com, il y a du beau, du moche, bref, de quoi se réjouir quand on est passionné de déco.

Spécial thanks à Taibé, qui est venue, qui a tout lu, qui a aimé et qui me l'a fait savoir d'une façon qui m'a touchée et qui me donnerait presque envie d'être un peu plus assidue ;-)

et spécial thanks à vous qui continuez de me suivre même quand il ne se passe pas grand chose, même si j'ai la flemme de répondre à vos commentaires qui me font pourtant ben plaisir. C'est ben vrai ma bonne dame.

Posté par mariec62 à 08:26 - Déco - Commentaires [17] - Permalien [#]

18 février 2009

J'ai rêvé...

...bien des fois de me débarrasser de CA :

biblio

l'horrible bibliothèque en panneaux de particules, qui reçut en son temps un «Mocheté Awards».

J'ai rêvé de la remplacer par une bibliothèque sur mesure qui encadrerait la cheminée de part et d'autre en nous octroyant suffisamment d'espace pour ranger nos nombreux bouquins.

Mon rêve a commencé à prendre corps sous la forme de ce schéma :

BIBLIOschema

J'ai fait part de mon projet à qui de droit*, nous en avons longuement discuté et qui de droit a réalisé ceci :

biblionew
Un indice si tu veux jouer au jeu des 7 erreurs : la télé sur la photo n'est pas la même que la dans la scène imaginée (au lieu de s'offrir bêtement un écran LCD pour Noël, nous avons préféré remplacer le frigo, décédé subitement, et purger le réseau d'eaux usées, complètement saturé. Addition des deux : + de 600 euros).

Quant à la bibliothèque, elle fait maintenant le bonheur d'une gentille famille qui me l'a achetée via «Le bon coin».

Notez au passage que la hotte de cheminée a été redressée (chais pas pourquoi, les hottes de cheminée en biais m'indisposent, va comprendre). En revanche, contre le côté rustique, je n'ai pas de solution.

Soyez gentils, ne venez pas me proposer de repeindre les pierres. Je suis encore profondément traumatisée par la vision surréaliste que j'eus, le 4 février 2007, en regardant l'émission D&co.

Pour mémoire :

chemineedeco
Eurk, ça me fait comme si je venais d'engloutir 500 grammes de ganache

Bon si vous êtes bien sages, la prochaine fois je parlerai des couleurs qui devraient se situer quelque part par là :

farrow

Posté par mariec62 à 21:21 - Déco - Commentaires [25] - Permalien [#]

03 janvier 2009

Bonne année les gens !

Bon là je fais très court pour vous faire un bisou en passant mais promis, je reviens dans les prochains jours vous parler du séjour (de la pièce hein, pas du séjour à Nairobi que le Père Noël a pas encore voulu m'offrir cette année).

PS : en 2008, j'ai posté 19 messages... tu crois vraiment que je peux faire pire ?

Posté par mariec62 à 13:22 - Un peu de tout et beaucoup de n'importe quoi - Commentaires [19] - Permalien [#]